Réfugiés : attention brave gens, les envahisseurs arrivent !

Fin janvier, en pleine vague de froid, la Préfecture des Hauts de Seine a réquisitionné le gymnase Fouilleuse pour y mettre à l’abri des réfugiés. La réaction du Maire a été non seulement inhumaine mais de surcroît abjecte.

1er argument, les sanitaires sont défectueux. Aveu de l’état de vétusté dans lequel se trouvent les installations de la ville et mauvaise foi assumée qui ne fait pas le poids face aux conditions de froid extrême.

2ème argument, la réquisition va gêner les associations qui utilisent le gymnase. C’est vrai. Mais la réquisition est temporaire et les réfugiés étaient dans une situation préoccupante. Des solutions peuvent être proposées aux associations.

3ème argument, le gymnase est à proximité d’habitations et d’écoles. L’argument suprême ! Les réfugiés ne sont-ils pour le Maire que des délinquants et des pédophiles en puissance ? Abject.

Le Maire est coutumier des positions les plus radicales sur les sujets de société : interdiction des affiches du film « L’inconnu du Lac » et d’une campagne de prévention du SIDA au motif qu’on y voyait des hommes s’embrasser, position très dure lors du Mariage pour tous, signature de la lettre honteuse des Maires refusant la construction d’un centre d’hébergement pour sans-abris dans le 16ème arrondissement… En réagissant ainsi, le Maire se déshonore et alimente une vision caricaturale de Saint-Cloud.

Heureusement, la solidarité s’organise. Nous avons lancé un appel à bénévoles pour des cours de français, des sorties culturelles et autres initiatives. Les clodoaldiens ont répondu massivement présents. Et aucun caractère partisan à cette mobilisation. Pas besoin d’être de gauche pour faire preuve d’humanité. Heureusement ! Si vous aussi souhaitez aider, envoyez-nous un mail ou rejoignez le groupe Facebook « Accueil Réfugiés Saint-Cloud ». C’est aussi ça Saint-Cloud…

Xavier Brunschvicg Conseiller municipal

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des informations qui vous concernent par courrier électronique à l’adresse : [EMAIL]. Si vous nous avez autorisés à transmettre ces informations à des partenaires, vous pouvez vous y opposer ultérieurement en écrivant à l’adresse précédemment citée.

Aucun commentaire n'a encore été déposé pour cet article.